© honeyprod' 2019

www.bertrandcoynault.fr

 

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

contact@bertrandcoynault.fr  (+33) 03 22 54 07 75 - (+33) 06 01 17 12 20 

Presse

 "Une vraie révélation !"  

Elena Varvarova - pianiste  

 

 

"Un récital spectaculaire !"

La Dépêche 

 

 

"Bertrand Coynault a assurément l'audace de la jeunesse ; frémissement poétique et soin apporté à la sonorité dans la transcription par Liszt de la mort d’Isolde"

Simon Corley, concertonet 

 

 

"Les préludes de Chopin, que Bertrand Coynault a donnés avec une superbe énergie et dans une tradition découlant d’Alfred Cortot"

Philippe Olivier, musicologue 

France 3

Picardie Matin - France 3 Picardie

Vendredi 4 mars 2016 

Journal de France 3 Picardie 19/20.

Vendredi 22 Janvier 2016, récital au profit des restos du coeur, domaine aquacole de Fréchencourt. 

France bleu 

Unknown Track - Unknown Artist
00:00 / 00:00

T'es de min coin - France bleu Picardie 

Vendredi 4 mars 2016 

Unknown Track - Unknown Artist
00:00 / 00:00

Ça se passe ici - France bleu Picardie 

jeudi 3 mars 2016

 

Unknown Track - Unknown Artist
00:00 / 00:00
           Philippe Olivier 
mercredi 1er juin 2016

Écoute très plaisante du dernier CD du pianiste français Bertrand Coynault, Intitulé « Un hiver à Majorque ». S’y entrelacent des extraits du texte fameux de George Sand - « Un hiver à Majorque » - dits par Vannick Le Poulain et les vingt-quatre « Préludes » opus 28 de Chopin auxquels est adjoint le « Nocturne » opus 48 n°1. Ce CD est, en vérité, la version de studio du spectacle présenté ici et là par Bertrand Coynault avec sa partenaire comédienne. 

Établi en Picardie, Bertrand Coynault fait partie d’une nouvelle génération d’interprètes ayant compris les particularités de notre époque. Il sait, d’une part, que la conquête espérée d’un nouveau public pour la musique classique passe par des formes différentes du récital, vénérable institution inventée par Liszt et ayant presque deux siècles. Il n’ignore pas, d’autre part, que le monde du disque est dans une crise évidente. D’où l’ingéniosité avec laquelle il a conduit la production du présent CD. La Ville d’Abbeville, localité de la Somme, y a été associée. Tout comme des internautes qui se sont cotisés. Les jeunes artistes se prennent donc en main. Ils savent que l’incurie culturelle de l’État et l’effroyable libéralisme économique ambiant ne sont pas leurs amis. 

J’avais entendu parler de Bertrand Coynault par diverses sources. J’ai fait sa connaissance en juillet 2015 lors d’un concert qu’il a donné à Lafrançaise, localité du Tarn-et-Garonne où mon cher ami Thierry Kerebel a lancé un festival. Il se trouve que Bertrand Coynault, jeune homme plein d’humour, d’allégresse vitale et de vigueur artistique, est un disciple d’Elena Varvarova. Cette artiste s’était enfuie d’URSS en 1975 avec Mikhaïl Rudy. Traqués par le KGB, tous deux se cachaient dans un appartement parisien où je leur rendais visite. Je les avais connus grâce à Jean-Pierre Delavigne, alors directeur des Jeunesses musicales de France. Le lien avec la Varvarova s’est rétabli de façon symbolique grâce à Bertrand Coynault. 

www.bertrandcoynault.fr

Août 2016